4 octobre 2017

Anecdote d’un matin à la Librairie :

« Que sont 18 euro par rapport à 700 ? »

Voilà ce qu’elle me dit en sortant de la Librairie. Tout de suite, là comme ça, je sais pas vraiment calculer. J’ai pas fait un Bac S, j’ai jamais joué aux Chiffres et aux Lettres en compétition, alors 18 euro par rapport à 700, je sèche.

Et il est bien là le problème. Parce qu’en fait, elle a passé La Tresse à la machine à laver. Avec sa couette.

Une vraie histoire de cheveux.

Jusqu’au bout, une histoire de cheveux… 😄

C’est pas tant quand le tambour tourne que ça pose problème. Elle a une machine à ouverture sur le dessus. Alors elle ne voit rien. La couette, La Tresse, tout ça s’débrouille.

Mais quand elle ouvre et qu’elle voit tous ces minuscules bouts de papier collés sur sa couette et qu’elle se demande ce que c’est que ce bazar et qu’elle sort sa couette et qu’il y en a partout vraiment partout mais alors partout partout partout (C’est elle qui raconte. Je sens bien à la répétition qu’elle est encore sous le choc. Loin de moi l’idée de l’interrompre, elle est encore à un cheveu de l’évanouissement)…

Donc il y a de minuscules morceaux de papier mâché sur sa couette, collés. Des milliards.

Là c’est sûr que toutes celles et ceux qui ont déjà pourris leurs mômes pour avoir oublié un mouchoir en papier dans une poche de jean, la comprennent.

Elle finit de sortir la couette. Et qu’est ce qu’elle trouve emmêlé dans une taie d’oreiller ? La fine pellicule de plastique qui rendait brillante la couverture de La Tresse, et la reliure. Un pauvre centimètre de reliure. Comme un trognon de livre.

La rage passée et l’idée qu’elle aurait pu flinguer sa machine à laver, en boucher le système d’évacuation, inonder sa buanderie, inonder par la même l’appartement de sa voisine du dessous et la ville entière… elle s’apaise.

Elle jette sa couette.

Elle vient racheter La Tresse : 18 euro.

Elle garde sa machine à laver : 700 euro.

Finalement, Voltaire a raison. Tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes.

NB : Laetitia Colombani, si vous pouviez penser à une version amphibie pour le prochain roman, ce serait cool pour elle. Parce qu’elle adore lire au lit. Alors quand elle change sa couette, forcément, si elle oublie son bouquin…

NB encore : Laetitia Colombani sera au Bistro des Tilleuls le 30 novembre, dès 19h30, pour une rencontre Histoire d’en Parler.

6 septembre 2017

Ma vie de libraire :

(Remerciements en fin de post…)

Avant, je veux dire, jusqu’à juin 2017, la carte M’ra, c’était top.

Je ne vous apprends rien, nous payons nos impôts chaque année, et une partie de ces impôts sert à nos lycéens par le biais de cette carte M’ra. Comprenez : « M », comme je n’sais pas quoi et « ´ra » comme Rhône Alpes. 

Je ne vous apprends rien non plus (et surtout pas à Jérémy Fel), depuis quelques temps, nous avons à la tête de notre Région un certain Laurent Wauquiez, lequel se dit ravi-ravi que le Puy soit rattaché à Annecy. On voudrait être ravis pour lui, voire comme lui. Non non, c’est vrai, on voudrait. Mais voilà, la vie c’est pas toujours comme on voudrait.

Bref.

La carte M’ra, ça marchait bien. Le lycéen venait à la Librairie, achetait ses livres et payait avec sa carte, créditée par la Région Rhône-Alpes (pas des milliards, hein, juste 8 euro pour ses livres « loisir », 100 euro pour ses manuels scolaires. Pas mal quand même !). Le libraire, en l’occurrence, moi, la libraire, armée de la-dite carte et du terminal de paiement, insérait l’une dans l’autre, notait le montant à débiter (5,10 euro pour L’œuvre de Zola et 3 euro pour Boule de Suif, soit 8,10 euro), une validation, et le ticket sort, le tour est joué, tout l’monde a compris, ça prend en tout et pour tout 5 secondes parce que je traine un peu.

Mais ça, c’était avant.

Je veux dire : avant juin 2017.

Je précise : avant que Laurent Wauquiez se dise « tiens, si je révolutionnais un truc qui fonctionne hyper bien ».

J’insiste : « avant qu’on remarque que systématiquement, si le nouveau ministre de l’éducation n’envoie pas les étudiants dans la rue à chaque rentrée, qu’on ne hurle pas « Devaquet, si tu savais, ta réforme, ta réforme… », et ben Wauquiez il est pas content.

Wauquiez il veut changer.

Harmoniser.

Et il a raison.

J’explique… :

En Rhône-Alpes, nous avons un système qui fonctionne bien, parfaitement, même. La carte M’ra.

En Auvergne il n’y a rien.

Harmonisons donc de suite en inventant une usine à gaz qui ne fonctionne pas !!! Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué, hein, je vous l’demande ???

Donc.

Cette rentrée…

La carte M’ra devient la Carte « Pass Région ». 

Le terminal de paiement n’existe plus. À présent, il faut se connecter à internet, sur le site de la Région Rhône Alpes Auvergne.

Ensuite vous allez ouvrir le lien « vous êtes partenaire ».

Puis vous notez votre numéro adhérent. Et votre mot de passe.

Ce qui ouvre une fenêtre avec tout un tas de propositions. Longues comme un jour sans pain, les propositions. Perdez pas de temps à les lire parce que quand vous avez tout lu, le temps a expiré et il faut vous réidentifier.

Vous cliquez sur la fenêtre « enregistrer une transaction » (ou une proposition du genre ; j’ai pas lu jusqu’au bout, je suis pas maso quand même…)

Une fenêtre s’ouvre.

Vous prenez la carte Pass Région du lycéen qui attend devant vous depuis 1/4 d’heure (réveillez le en douceur, il s’était endormi, faut le comprendre…).

Sur cette carte, si vous avez des lunettes qui font loupe, vous lisez le numéro de Dossier du lycéen. Vous l’écrivez dans la première case.

Tant que votre lycéen est réveillé, vous lui demandez sa date de naissance que vous inscrivez dans la deuxième case. Et vous validez. Normalement ça ouvre un menu déroulant qui vous renseigne sur l’état civil du lycéen. Sauf lorsque la mère d’Alexia a déclaré lors de l’inscription que sa fille était née le 28 mars 2012. Parce que là, ça marche pas (« Madame, il faut qu’on parle… Votre fille est certes, hyper intelligente, mais avoir 5 ans et rentrer en classe de seconde, non, vraiment, c’est un peu exagéré… »)

Lorsque vous êtes face au menu déroulant vous cliquez sur « Livres loisir ». Ce qui ouvre un autre onglet sur lequel apparaissent les 8 euros offerts par la Région. Vous inscrivez dans la case 8,10 euro (5,10 + 3 euro). On vous demande de confirmer. Vous confirmez. La transaction est enregistrée. Voulez vous l’imprimer ?

Naaaaaaaaaaaaaaaaan !!!! Je veux pas l’imprimer !!!! En êtes vous sûre ? Ouiiiiiii, j’en suis sûre !!!! Ça fait une heure que j’attends de finir cette manip’ alors c’est bon, je n’vais pas en plus y passer une ramette de papier !!!!

À présent, c’est bon, vous pouvez réveiller votre lycéen, qui s’était de nouveau endormi, vous le priez de vous excuser, lui expliquez que c’est un peu long, que l’année dernière ça allait plus vite mais que le système vient de changer.

C’est à ce moment-là qu’il vous lâche d’un ton méprisant « ah ouais c’était mieux avant…😜 ».

Vous comprenez bien qu’il vous prend pour une vieille réac qui va pas de l’avant alors que ça fait une heure qu’il dort ! Il a beau jeu avec sa bave encore au bord des lèvres de vous laisser penser que ce qui est dur dans le changement c’est le changement.

N’empêche que c’est toi, mon gars, à présent qui va te cogner L’assommoir.

Alors à ta question « au fait, M’dame, c’est comment L’assommoir ? »…

Et ben c’est a-sso-mant, jte dis !!! L’enfer !!! Le livre le plus long et pénible que j’ai jamais lu. Je te plains, tu peux pas imaginer !!! »

Ps : merci infiniment à la centaine de lycéens du jour, à chacun de vous, vraiment, pour votre patience, votre humour, vos conversations en toute indiscrétion, vos remarques et réflexions sur la vie, la vôtre, celle qui parfois nous échappe (à nous, les vieux… 😉😄😄). Merci 🙏

30 août 2017

Alors ça alors !!! Écoutez moi ça !!! :

« Désormais, les hommes (elle dit les hommes, mais on est bien d’accord qu’on pourrait dire les femmes, hein, c’est juste une façon de parler)(bon, je reprends)

« Désormais, les hommes avaient cessé de partir – la plupart d’entre eux n’avaient plus d’océan ou de désert à traverser, il ne leur restait que les étages d’un immeuble de bureaux, le trajet du matin, un paysage familier et monotone dans lequel l’existence était devenue un objet de seconde main dont ils ne pouvaient pas disposer pour eux-mêmes. Ce n’était qu’en abordant les rivages de l’infidélité qu’ils s’accordaient un peu d’intimité, un peu de vie intérieure, et qu’ils redevenaient étrangers à leurs femmes et capables de tout. »

Un conseil à toutes les femmes que nous sommes : toujours garder un océan ou un désert à portée de main. Je répète : veillez à toujours garder un désert ou un océan à portée de main.

29 août 2017

Reprise ce matin…

À la question « que demande le peuple ? », je dis Mais rien de mieux !!!!

Une jeune fille me demande timidement ce que je pourrais conseiller à sa maman, pour son anniversaire, elle part aux États Unis (c’est son cadeau, wahouuuu) et voudrait un roman pour lire dans l’avion, la jeune fille me décrit un peu sa mère, je lui propose ce roman qui m’a percuté comme tous ceux que Sorj Chalandon a écrit jusqu’à présent, comme tous ceux qu’il écrira encore. Nous discutons un peu alors que je lui prépare son paquet cadeau, elle rentre en 3eme la semaine prochaine mais elle n’habite pas Annecy, non, à côté de Lyon, un petit village, elle a hâte de retrouver ses copines, mais les vacances ne sont jamais assez longues quand même…

Elle ne se départit pas d’un sourire depuis un moment, je me dis que j’ai peut être une vieille trace de chocolat au lait sur la moustache mais je ne bois pas de chocolat et la moustache ben…, je crois qu’ça va…, alors je n’sais pas trop pourquoi elle semble glousser en dedans comme ça. Du coup je parle d’autre chose et je me fais un tantinet inquisitrice sur sa vie, et puis je rembraye tu habites à quel endroit, près de Lyon ?

– « A Chazay d’Azergues ! »

😯😄😃😄😄😄

Précisément là où le frère de Sorj est Maire !!! Voilà pourquoi elle se marre depuis un moment, elle tombe à pic, ma proposition !!!

7 Août 2017

Anecdote et indiscrétion () d’un lundi matin :
… »le petit lapin de huit semaines m’attend armé… s’il y a eu l’OAS c’est que la situation était tendue… ça n’a pas été simple… il n’avait pas prévu toutes ces complications… ça s’est très bien passé avec la Tunisie… tu vas chercher des bidons… je surveille tes affaires… il y avait un DC3 mais heureusement que le pilote était chevronné… on est parti à Saïgon avec un DC4… je suis rentré en 46… »

Bon. Je lâche l’affaire. Ces hommes parlent d’un temps que les moins de vingt ans…
Nul push en préparation ; ce ne sont que des souvenirs qui nous permettent de sourire et de manger des glaces à 4,90 euro aujourd’hui.

29 Juin 2017

Anecdote en passant… :

« – Ben vous devez lire beaucoup, vous ?…

– Oui, pas mal…

– Ben oui, vous êtes obligée…

– Oui, enfin, c’est surtout que j’aime ça.

– Ben je me dis surtout que vous devez lire pendant vot’boulot…

– Euh… non. Pas vraiment. Vous ne lisez pas pendant votre boulot, vous, si ???

– Ben non mais moi j’travaille pas.

– Evidemment, vu sous cet angle, c’est plus simple de lire la journée ;)) Mais moi je travaille, alors la journée, je travaille et le soir, je lis.

– Ben moi je regarde pas la télé.- …

– Ben vous devez avoir une clientèle maintenant, non ?

– Oui, effectivement…

– Ben c’est bien.

-…. »Pfiouuuuu… Personne ne veut venir me voir pour discuter météo ?

20 juin 2017

« … c’est drôle comme nous demandons en permanence des comptes au malheur alors que nous accueillons le bonheur sans jamais nous poser la moindre question… »

Encore ce livre monde…
Je n’aurai je crois, jamais fini de partager ce bonheur de bouquin avec vous.

20 Juin 2017

Anecdote d’un après midi où tout est possible : (la chaleur sans doute)

Je prépare neuf paquets cadeaux. Elle a pris hyper soin à ses choix. Un roman porté par la musique pour la prof de musique. Un roman historique pour le prof d’histoire. Un roman littéraire et surprenant pour la prof de français. Etc.., vous avez compris le principe, inutile de décliner davantage. Parce que ce n’est pas là que c’est drôle. 

Elle a préparé des post it sur lesquels elle a noté des dédicaces :

Pour Madame Ribaucoup, pour Monsieur Krasucki, pour Cendrion (bon là, j’avoue, peut être que j’ai mal lu…), pour Madame Pompette…

Je crois que je comprends parfaitement que ses enfants aient passé une excellente année scolaire !!!

(Merci à tous ceux que j’emballe avec plaisir, toujours, Laetitia Colombani, Metin Arditi, Dan Franck, Adélaïde de Clermont Tonnerre, Colin Niel, Oto Pavel, Mario Vargas Llosa, Delphine Bertholon, Charles Pepin…)

#monjobdereve

17 Juin 2017

Anecdote de 12h11 :

Ah ah ah ah AAAAAHHH AAAAAHH AAAAAAhhh !!! Je sens que je vais adorer cette journée…

« Je voudrais un livre pour mon beau-père, le père de mon mari…

Oui… un roman ? un beau livre ? de voyage ? sur la musique ? d’architecture… ?

Non, un livre qui s’appellerait « je peux pas saquer mon beau-père. »

15 juin 2017

« Si tu cites Nietzsche, tu sais comment ça s’écrit, hein, tu fais pas de fautes, mamaaaaaan, je fais de l’allemand…
Et tu te souviens Kant ? «  »On mesure l’intelligence d’un individu à la quantité d’incertitudes qu’il est capable de supporter » ?, tu t’en rappelleras ? Mamaaaaaaan, tu l’as écrit sur les murs de ma chambre…
Et dans le bouquin que je suis en train de lire, tu sais je t’ai raconté « l’erreur est humaine » mais là il questionnait la citation à l’inverse est ce que c’est se tromper qui fait de nous un être humain, tu t’en souviens ?, parce que là tu peux faire des passerelles avec le livre de Charles Pepin…
Pourquoi tu me réponds pas ?????
Ah oui. Il est 8h24. Il n’est plus là…

Pfffff….
Tout va bien.
Méthode Coué : TOUT VA BIEN.

Anecdotes d'avant