16 mai 2017

Ma copine dit « mieux vaut arriver en retard qu’arriver moche ». J’adore cette fille. Je suis comme ça, moi : j’aime pas, j’adore. Ne vous déplaise. C’est donc ce matin que j’ai reçu ce livre tant attendu « Mon sac, ma vie, mon scooter », enfin presque… « Mon sac, reflet de mon âme », celui pour lequel je vous prévois une grande soirée déballage à la Buvette (Karine, Kariiiiiiiine, c’est toujours d’accord ?). Bon, on a juste dit qu’on attendait Valerie, et puis Karen, parce que Sandra, Sandrine, Valérie, Martine, Corinne, Mariana, Betty, Cécile, Anabelle, Mélissa, Sandrine, Alexandra, Christel, Pédrine, Véronique, Catheriiiiiine (Serge, tu lui dis ?), Hélène, Anne, Sophie, Nathalie, Corinne, Pascale, Virginie… sont déjà là, pas parties loin, je veux dire. Et j’en oublie c’est sûr, faites passer, partager, partager, partager…

Parce que lorsqu’on sera toutes là et qu’on ouvrira nos sacs, qu’on déballera nos âmes… qu’est-ce qu’on saura de nous ? Qu’on est la copine qui pense à tout avec du doliprane de l’arnica un pansement quelques trombones un bic cristal un coupe-ongles un téléphone un carnet rouge un élastique des clefs dont on ne sait même plus ce qu’elles ouvrent un sac monop’ des lunettes de soleil de la crème indice 50 un rouge à lèvres une lime à ongles une barre de twix un sucre le ticket de cinéma de la dernière fois mais le film était nuuuuuuul pourquoi j’ai gardé ça ??? des chèques-lire un relevé de compte la proposition du garage pour changer la voiture mais là non vraiment c’est pas raisonnable un chausse pieds trois chéquiers alors que je paie tout en cb une cb justement enfin deux parce qu’il y a celle de ton mari au cas où Karen aurait oublié la sienne (ça c’est juste pour voir si Karen lit jusque là 😄😄😄 !!) il y a aussi un petit miroir rapporté du Maroc et le coeur en argent sur lequel est gravé le prénom de mon fils…

Alors ??? Qu’est ce qu’il dit de nous, notre sac… ? On déballe ?

16 Mai 2017

Ma copine dit « mieux vaut arriver en retard qu’arriver moche ». J’adore cette fille. Je suis comme ça, moi : j’aime pas, j’adore. Ne vous déplaise. C’est donc ce matin que j’ai reçu ce livre tant attendu « Mon sac, ma vie, mon scooter », enfin presque… « Mon sac, reflet de mon âme », celui pour lequel je vous prévois une grande soirée déballage à la Buvette (Karine, Kariiiiiiiine, c’est toujours d’accord ?). Bon, on a juste dit qu’on attendait Valerie, et puis Karen, parce que Sandra, Sandrine, Valérie, Martine, Corinne, Mariana, Betty, Cécile, Anabelle, Mélissa, Sandrine, Alexandra, Christel, Pédrine, Véronique, Catheriiiiiine (Serge, tu lui dis ?), Hélène, Anne, Sophie, Nathalie, Corinne, Pascale, Virginie… sont déjà là, pas parties loin, je veux dire. Et j’en oublie c’est sûr, faites passer, partager, partager, partager…

Parce que lorsqu’on sera toutes là et qu’on ouvrira nos sacs, qu’on déballera nos âmes… qu’est-ce qu’on saura de nous ? Qu’on est la copine qui pense à tout avec du doliprane de l’arnica un pansement quelques trombones un bic cristal un coupe-ongles un téléphone un carnet rouge un élastique des clefs dont on ne sait même plus ce qu’elles ouvrent un sac monop’ des lunettes de soleil de la crème indice 50 un rouge à lèvres une lime à ongles une barre de twix un sucre le ticket de cinéma de la dernière fois mais le film était nuuuuuuul pourquoi j’ai gardé ça ??? des chèques-lire un relevé de compte la proposition du garage pour changer la voiture mais là non vraiment c’est pas raisonnable un chausse pieds trois chéquiers alors que je paie tout en cb une cb justement enfin deux parce qu’il y a celle de ton mari au cas où Karen aurait oublié la sienne (ça c’est juste pour voir si Karen lit jusque là !!) il y a aussi un petit miroir rapporté du Maroc et le coeur en argent sur lequel est gravé le prénom de mon fils…

Alors ??? Qu’est ce qu’il dit de nous, notre sac… ? On déballe ?

11 Mai 2017

Il y a des émissions que l’on regarde pour des romans que l’on aime.

Et je sais déjà que la semaine prochaine, Virginie Despentes et René Frégni me pousseront de nouveau vers La Grande Librairie.

Busnel est machiavélique. Je le déteste.

9 Mai 2017

Florilège de l’après midi qui commence (bien ???)… :

– Vous vendez des tasses ?

– Vous avez des porte-mines ?

– Vous vendez des nounours ?

Et à l’instant… : (l’apothéose, sur un ton de constatation mêlé d’un chouïa de déception)

– Vous vendez beaucoup de bouquins, alors ?

😳😩😩😩

4 Mai 2017

Dans toutes les gares du monde, il y a des pleurs et des effusions.

3 mai 2017

Expo Walker Evans 1903-1975. 

Celle qui parle a au moins 90 ans…

Elle est face à trois photos de Walker Evans lui-même. Le cartel indique (en anglais dans le texte) « self portraits ». 

Et donc, elle commente, un brin méprisante…

« Ils disent autoportraits, mais en fait, ce sont des selfies… »

3 Mai 2017

Anecdote en toute légèreté :

Si vous aviez des envies de meurtre aujourd’hui, oubliez. Je lis ici « que le taux d’élucidations d’une affaire dépasse les quatre-vingt-dix pour cent dès qu’il s’agit d’un homicide. »

😱😱

Philippe Hauret…

2 Mai 2017

La Librairie est fermée pour quelques jours (jusqu’à jeudi soir), mais je ne résiste pas à vous livrer cette anecdote du matin :

Un matin de train qui m’emporte pour trois jours off.

Un homme est assis à quelques places de la mienne. Sa fille a commencé de regarder « L’âge de glace », alors qu’il lui chuchote à l’oreille « je vais appeler maman ».

Il prend son téléphone et sans doute, elle décroche au bout du fil.

« Allo mon Amour ? (Parce que voilà, vous l’aurez compris, dans la vie de cet homme, « Maman » et « mon Amour » sont la même personne), je voulais juste te faire un bisou et te dire que je t’aime. »

J’adore.

15 mars 2017

Mon anecdote de l’après midi :

Si vous pouviez sortir la fanfare siouplait…

Elle vient. Elle me dit :

– j’ai pas le titre. 

– j’ai pas l’auteur. 

– l’auteur est un homme. 

– c’est un roman ado. 

– un tome 2 qui vient de sortir. 

– le prénom de l’auteur est composé. 

– le tome 3 paraît cet été. 

– et la COUVERTURE EST BLEU CIEL !!!

Et ben j’ai trouvé !!!! Bon, certes, jsuis chauve tellement je me suis arrachée les cheveux, ils vont repousser j’espère, mais ouf… 

Comme quoi, dans la vie, tout est possible. C’est mon dicton du jour.

17 février 2017

Anecdote de mon après midi à la boutique :

Voilà plus de 20 ans que je fais ce boulot…

Je crois qu’éternellement, je me demanderai comment on passe de :

« – Bonjour, je viens chercher un livre que j’ai commandé. »

À :

« – Je suis hyper amoureuse et j’adore ça. »

Éternellement, je me demanderai comment, et éternellement, je m’en foutrai, pour le seul bonheur de voir des yeux qui pétillent et d’entendre un cœur qui bat.

Merci pour ce moment merveilleux…

Anecdotes d'avant