19 janvier 2016

1ère…

Au café. 

Installée à côté de trois pépés. 

– « J’ai fait mon relevé de consommation d’eau, deux mètres cubes j’ai dépensés. Deux mètres cubes !!

– Tu t’laves pas ???!!

– 😱😱😱 »

19 janvier 2016

Anecdote d’un matin à la boutique :

Le téléphone sonne, il y a du monde dans la boutique, je suis en train de terminer un paquet cadeau, je décroche :

– « Bonjour Madame je réalise une étude sur les imprimantes..

– Merci beaucoup, ça n’m’intéresse p..

– Mais Madame laissez moi parler je réalise une étude sur les imp..

– Merci beaucoup mais ça m’… »

Et là elle me coupe encore la parole pour me hurler, j’vous l’donne en mille… d’aller me faire foutre !!

Je n’sais pas si sa réponse a un rapport (hum hum) avec l’étude qu’elle réalisait sur les imprimantes, puisqu’évidemment, une fois la recommandation assénée, cette brave dame a raccroché. 

Si quelqu’un a des infos… (À défaut, si quelqu’un a un missile thermonucléaire…)

Recevez nos meilleurs vœux pour cette nouvelle année 2016

Il y a les jours qui passent et les dates que l’on retient…

Il y a les années qui s’écrivent : 2015 s’est parfois écrite en douleur.

Et il y a des instants précieux : ceux que l’on partage et que l’on voudrait pour l’éternité.

Je garderai de 2015, votre générosité, vos attentions, quelques bouquets de fleurs, des éclats de rire, des confidences, votre confiance, vos regards, des fruits déguisés et des sablés, des orangettes, votre douceur, des roses qui ne faneront jamais, des verres de vin que l’on regrette au matin…

Pour tout cela et le reste que l’on garde secret, je vous remercie.

Je vous souhaite pour cette année 2016 que l’on entame, de garder votre sourire, votre énergie, de prendre soin de vous, toujours, de protéger ceux qui donnent de la saveur à votre vie, de ne perdre de vue ni vos envies ni vos rêves, et de n’oublier jamais que vous êtes précieux.

14 décembre 2015

Un message pour un lycéen qui est passé à la boutique cet après-midi, que je ne connais pas, avec lequel je ne suis sans doute pas amie sur FB, qui ne me reconnaîtrait pas si nous nous croisions ailleurs qu’à la librairie et moi non plus d’ailleurs, mais que j’aurais voulu embrasser tellement il m’a fait plaisir… :

Ce jeune homme a poussé la porte de la librairie vendredi après-midi, avec sa bande de potes, l’air un brin effronté pour me demander si je n’avais pas un livre, même abimé, que j’étais sur le point de jeter, parce qu’il n’avait pas d’argent et rien à lire.

Je ne vous cache pas que cela semblait vraiment être une joke, genre défi entre copains « t’es pas cap´ d’aller à la librairie et de demander si elle peut t’offrir un bouquin », et lui et bien si, il a été cap´.

Je ne vous cache pas non plus que cela m’a un peu interloquée, pas trop longtemps non plus, n’exagérons rien, juste quelques secondes pour me dire que j’le trouvais gonflé mais que son audace me séduisait plus que tout.

Je lui ai offert « L’empire des anges » de Bernard Werber.

Cet après-midi ce même jeune homme a poussé la porte de la librairie… (Version « un jour sans fin » ??!!! Non…)

Il m’a dit « Madame, vous m’avez offert un livre vendredi, je voulais vous dire que j’adore, je l’ai presque fini, je vous remercie et vraiment, des gens comme vous c’est vraiment génial. Merci beaucoup. » Et il est sorti…

J’aurais voulu l’embrasser…

« Merci à toi très cher.

Des jeunes comme toi, aussi polis que lecteurs, me rappellent s’il le fallait que j’adore mon job. »

22 août 2015

Au café.
À côté, une scène d’une tristesse infinie.
« Si j’attends qu’i crève, j’vais crever avant. Aah j’veux plus d’ça moi. Si j’attends qu’i crève, j’vais crever avant. »

Si elle avait lu Kenzaburô Ôe, cette femme, elle saurait que « la littérature guérit du désespoir ».

19 août 2015

Anecdote du jour… :
Un ado me tend son téléphone pour que je commande ses livres scolaires ; il a pris une photo de la liste.
Alors que je note les codes les uns après les autres, arrive un message sur l’écran « ça fé un mois et demi ke jé pas de relation tu peux venir ce soir dans le coin de… »

Je ne saurai jamais la suite de cette belle histoire d’amour ;))

8 août 2015

Appel à témoins :
Si quelqu’un, quelque part, se souvient du nom de ma prof de français de 1ère, qu’il sait où la retrouver, je veux bien qu’il lui dise de lire « La septième fonction du langage ». Et alors comme ça, elle verra enfin ce qu’est un bon bouquin.
(Dites lui aussi, même si j’avoue c’est pas super chrétien, que Laurent Binet, dans la vie, est aussi prof de français. Parce que ça, je sais que ça va lui rester en travers, jamais elle s’en remet.).

8 Août 2015

Appel à témoins :
Si quelqu’un, quelque part, se souvient du nom de ma prof de français de 1ère, qu’il sait où la retrouver, je veux bien qu’il lui dise de lire « La septième fonction du langage ». Et alors comme ça, elle verra enfin ce qu’est un bon bouquin.
(Dites lui aussi, même si j’avoue c’est pas super chrétien, que Laurent Binet, dans la vie, est aussi prof de français. Parce que ça, je sais que ça va lui rester en travers, jamais elle s’en remet.).

21 Mai 2015

Anecdote du soir…

On est venu me demander 4 Points. Je vous avoue, je n’ai pas compris de suite de quoi il était question… Un moment de honte éventuel est vite passé, j’ai demandé des précisions. Ce monsieur voulait 4 livres de poche, collection Points…

Aaaaahhh, d’accooooord !!! « Vous allez rire », ajoute-t-il, « je voudrais les offrir à ma mère parce que c’est elle qui vient de me les donner ces points, je me suis fait flasher, et vous vous rendez compte, à 50 ans passés, obligé de demander les points de sa mère… Alors voilà, j’voudrais lui rendre… ». Et bien moi, c’est comme Ribery qui refuse de jouer en Angleterre pour pas être payé en livres, ça m’fait rire !!!

6 Mai 2015

Quelle bonne nouvelle !!!

Un exemplaire de la première édition de « Cent ans de solitude » volé à la Foire Internationale de Bogota !!

Vous lisez bien… : un homme, parce que voilà, je suis comme ça moi, je m’imagine que c’est un homme, a pris un risque dingue juste pour un livre. Pas un diamant, pas un sacré paquet de fric, pas des lingots d’or…, juste un livre !

Et bien moi, je dois dire que ça me rend heureuse.

Merci monsieur.

Anecdotes d'avant