11 mai 2020

Anecdote d’un retour à la vie après 8 semaines de confinement :

Il rentre et me demande un roman. « Un joli roman, un truc gai, c’que vous voulez mais un roman qui fasse du bien, léger, positif, un roman qu’on aimerait lire en ce moment, vous comprenez, quoi… »

Alors je lui trouve, il est d’accord, de toute façon je comprends bien que quoi que je lui choisisse dès l’instant où ce sera un joli roman, un truc gai, c’que je veux mais un roman qui fasse du bien, léger, positif etc etc…, ça lui ira.
Et donc je disais il est d’accord, il me demande un paquet cadeau, « un joli papier, un truc gai, c’que vous voulez mais un papier qui… » oui c’est bon j’ai compris, un papier qui fasse du bien, j’ai bien compris le principe rassurez vous et alors vous savez c’qu’il ajoute ????

Que « c’est un cadeau de déconfinement… »
« Qu’ils ont décidé de s’offrir un cadeau de déconfinement… »
Et que lui, il choisit pour elle : un livre. Alors oui, c’est sûr, c’est bien. Je suis contente, ça m’fait plaisir, mais sa phrase n’est pas terminée…
… « c’est un cadeau de déconfinement et comme ça, chaque fois qu’on sortira de confinement on se fera un cadeau. »

😳😬😡😡😡
Ils ont prévu d’instituer le truc !!
Un onze mai récurrent !! 55 jours de confinement tous les mois et hop, le cadeau pour en sortir…

Je sais pas vous mais moi ça m’a tellement mis les plombs d’imaginer retourner dans ma tanière autant de temps tous les mois jusqu’à c’que mort s’en suive que j’ai regretté de pas lui avoir proposé et emballé la plus grosse nullité que j’ai lu depuis des millénaires à savoir… je sais pas moi, peut être le discours de Trump sur la javel et les uv.

5 mai 2020

Anecdote d’un nouveau matin d’automne, on dirait bien que ce déconfinement est un poil fâché avec le soleil je sais pas si Manu va réussir à être encore plus bronzé que la dernière fois à la prochaine allocution mais nous c’est sûr, on risque pas…

Me v’là de nouveau sous bonne protection couturière, 🌺merci Clo 😍😍🌺, et j’ai réussi à trouver un ensemble vert anis et bleu ciel d’été sous le soleil du matin. 

C’est parti pour un marathon de trois jours d’ouverture version « tu cliques et tu récupères (copyright Blandine 😉). 

La librairie Rue De Verneuil est ouverte de 8h30 à 14h. Ouverte, ça veut dire fermée enfin presque c’est à dire comme d’hab, vous ne pouvez pas rentrer, flâner, toucher, traîner, écouter, boire un thé, un café, la vie quoi !!!, vous pouvez juste me demander, ou commander, ici, par mail ou messenger et je vous réponds enfin à présent vous savez tout, tout cela n’a plus aucun secret pour vous. 

J’ai du gel, 

J’ai des gants,

Nous avons la distance. 

Prenez toujours soin de vous, soin de nous. 

Onzmai nous voilà, nous sommes prêts,

Pour que de deuxième vague, il n’y ait ! 😉

(Pourtant avec mon van, ça donnait ??!!)

28 avril 2020

Moi aussi parfois j’aime bien parler de ce que je ne connais pas et quand j’entends que les parisiens vont devoir respecter un mètre de distance avec la personne devant eux quand ils iront prendre le métro, je me dis que sans doute, il va leur falloir remonter la file d’attente jusqu’à deux stations avant, un peu comme si nous on habitait à Annecy et que pour aller à Genève il fallait qu’on reparte à Lyon pour pouvoir rentrer sur l’autoroute à Annecy. 

C’est un peu confus je suis désolée mais j’ai écouté Doudou, Meluch et les autres à l’Assemblée Nationale cet après midi alors…

25 avril 2020

Parfois, comme ce soir, je m’accorde une petite séance d’apitoiement sur mon sort, ma vie, le monde, l’avenir… 

P*tain je viens de réussir à tuer le moustique avant qu’il me pique !!!

16 avril 2020

Les préliminaires sur les sites de rencontre n’ont jamais été aussi longs qu’en ce moment.

29 mars 2020

Le premier qui poste son canapé sur Le Bon Coin dans 5 semaines avec comme légende « comme neuf, très peu servi », personne le croira..

29 mars 2020

Aujourd’hui qu’on est dimanche il fait mauvais et tu vas voir qu’il va faire beau toute la s’maine alors qu’on trav… ah non. Ouf.

17 mars 2020

Anecdote de ma deuxième journée de confinement :

Aujourd’hui, je suis sortie deux fois. 

Une fois ce matin alors qu’on était encore en temps de paix. J’ai croisé euh… attendez je réfléchis… personne, ça c’est sûr. Des geais. Des corbeaux (des vrais, parce que mon voisin que je rêve de zigouiller discrètement n’est pas confiné, je n’sais pas où il bosse mais il bosse c’est l’essentiel). Pas un seul avion dans le ciel. Et donc rien d’autre. 

Et une fois cet après midi en temps de guerre (sanitaire, oui, j’ai compris). 

En temps de guerre, c’est à dire que j’avais imprimé en prévision et aux aurores l’attestation que mon amie VM m’avait envoyée. 

Je l’avais lue. 

J’avais rien coché parce que j’avais pas de stylo sous la main et puis c’matin ça urgeait pas encore i m’restait quelques heures de liberté j’ai reposé le papier j’ai fait aut’chose une lessive la vaisselle l’aspirateur les vitres les tapis les lustres à pampilles l’argenterie les parquets, va pas falloir que ça dure dix ans ce confinement parce qu’on va finir par manger par terre alors que l’huissier ne m’a pas encore pris mes tables et mes chaises tellement je vais finir sur la paille avec cette histoire. Et puis c’est quand j’ai vu qu’on claquait de chaud dehors que j’ai repensé à Sid et que je m’suis dit qu’il fallait que j’aille le réveiller parce qu’on était quand même le 17 mars et qu’il hibernait depuis mi octobre ça fait long quand même mais ça c’est une autre histoire alors on va pas tout mélanger on en parlera un autre jour. 

Un truc en entraînant un autre, on était l’après midi et je m’apprêtais donc à sortir me balader. Avec mon attestation que j’avais retrouvée entre temps et j’avais coché 5 pour « faire de l’exercice » ou un truc du genre je dis ça de mémoire. Et là, l’enfer. Irrespirable. L’ennemi Invisible tout pareil que le Covid19 mais alors pas du tout mais alors vraiment pas du tout inodore. Parce que qu’est ce qu’il avait fait entre midi et deux mon paysan d’voisin ? Il avait répandu son fumier, ce fumier. Atroce. Une odeur pire que la mort qui te prend à la gorge je vous entends d’ici me dire que c’est la nature mais je vous mets au défi de résister. On se s’rait cru à Annecy en pleine descente des alpages en mille fois pire. Je suis sûre qu’il l’avait même pas remplie, lui, son attestation. Et là j’vous l’donne en mille, ça chlingue tellement qu’i’a pas un flic qui le contrôle et qui lui file 38 euro d’amende pour aujourd’hui et dès demain ça passe à 135 et ça peut même être majoré oui j’ai bien écouté ce que vous avez dit ce soir Monsieur Edouard Philippe. 

Du coup je suis rentrée direct. 

J’ai fermé les fenêtres. Les volets. À clef. 

J’ai même bouché les aérations et les conduits de cheminée. 

Je suis restée chez moi. 

Pour un peu et pour fuir ici, je s’rais allée bosser. 

Alors Manu, 

Doudou, 

Si vous avez des problèmes à faire entendre raison à quelques irréductibles gaulois, j’vous prête une arme fatale pour 100% de confinement : mon voisin. 

Me remerciez pas c’est cadeau.

14 mars 2020

Anecdote d’un soir d’amertume :

Lorsque je vois combien vous avez été nombreux à venir faire le plein de livres hier et aujourd’hui à la boutique,

Combien vous avec été nombreux à vous réjouir de ce week-end et pour certains de ces prochains jours off pour bouquiner tout votre soûl,

Comme c’est bon de se marrer ensemble à se remémorer les détails barrés d’Albert et l’argent du beurre de Laurent Rivelaygue,

À quel point c’est salvateur de s’évader avec un roman « pas lourd, hein, je veux pas un truc où il la trompe, où elle meurt, où y’a des accidents ou des meurtres avec du sang des enlèvements d’enfants et des araignées ou des rats… »,

Qu’il est possible de prendre un billet d’avion à 23 euro pour la Caroline du Nord, à 22,90 euro pour les États Unis, de partir à Vienne pour 8 euro…

Comme il y a parfois urgence à venir parce que « put.. j’ai eu si peur que vous soyez fermée i m’fallait vraiment le tome 2 pour ce soir i m’reste 30 pages jpeux pas rester sans connaître la suite »,

Pour toutes ces raisons et d’autres encore que vous savez si bien trouver,

Que nous aimons tellement partager,

Pour toutes ces raisons et d’autres encore,

Edouard, 

Monsieur Philippe, 

Mon très cher Premier Ministre, 

Si je vous offre un joli rasoir, est ce que vous seriez d’accord de considérer qu’une librairie est un commerce essentiel ?

Sujet 1 : Est ce que pour vous, la librairie est un commerce essentiel ? 

Sujet 2 : Sachant que Franck Riester a été infecté au covid-19 et que le monde de la librairie/culture semble ignorer jusqu’à la tête qu’il a, peut on en déduire qu’il a été contaminé ailleurs qu’en librairie et donc en conclure que la librairie est non seulement un commerce essentiel mais en plus, que le seul virus qu’elle transmet est celui de la lecture et que c’est hyper pas grave qu’on trouve pas de vaccin ?

Vous avez quatre heures…

13 mars 2020

Anecdote apocalyptique :

Bon. 

Tout le monde a écouté notre Président hier soir. Nous vivons « la plus grave crise sanitaire qu’ait connue la France depuis un siècle. »

Alors comme vos enfants sont à la maison et qu’au bout d’un moment la télé les consoles la baston le sprint autour de la table du salon « fais attention au vase de mamie tu vas voir ton père si tu casses le vase de mamie t’as pas fini de l’entendre… » l’escalade de la bibliothèque via la chaise qui est posée sur la première marche de l’escalier « arrête de faire le singe tu crois qu’ils ont que ça à faire aux urgences te recoudre la tête ?? si tu t’ouvres le crâne compte pas sur moi pour t’amener à l’hôpital tu te débrouilles tout seul jte préviens.. »

Stooooop…

STOOOOOOP…

J’ai une solution pour vous :

LE LIVRE. 

Un truc tout simple. 

Votre enfant se pose dans un coin. Genre sa chambre comme ça vous restez peinard(e) au salon avec une bière (un thé) (c’est diiiingue ce qu’on peut faire passer comme ironie avec l’écriture inclusive. J’adore 😂😂😂) et vous prenez l’Equipe (un bouquin) (😂🤣🤣) et le calme revient. Il prend un roman, genre Gurty pour se marrer, L’archipel pour flipper, Ki & Hi parce que le tome 5 vient de sortir, Enquête à la montagne parce que quand il sera grand il veut être Columbo (pour le chien). Vous l’entendez plus et c’est pas parce qu’il est en train de faire « la-plus-grosse-connerie-du-monde-jte-préviens-t’iras-tout-seul-à-l’hôpital-c’est-bon-on-a-compris-pas-la-peine-de-répéter-jsuis-pas-sourd », c’est juste qu’il lit. Un truc dingue. Mais simple…

Ci dessous voilà une liste de suggestions. 

Et même si vous avez la grosse trouille de venir à la librairie parce que c’est vrai que comme tout le monde prépare son confinement à l’aide de milliers de paquets de pâtes, de centaines de kilos de farine, et de quelques romans d’au moins 300 pages, je peux faire « drive »:

Vous appelez :04.50.66.36.05. 

Vous commandez. 

Je prépare un joli ptit sac avec en plus des surprises à l’intérieur que vous allez pas en croire vos yeux. 

Vous vous arrêtez en vrac devant la boutique.

Je sors avec ma machine topissime à carte bleue et on troque votre ras le bol contre des heures d’évasion. 

Si ça c’est pas l’bonheur… 

Manquerait plus qu’elle soit trop vite résolue cette crise sanitaire…

Anecdotes d'avant